Interventions Phase 2: Ville de La Tuque (Intervenor 686)

Document Name: 2015-134.227138.2529885.Interventions Phase 2(1$82l01!).html

Ville de La Tuque est très préoccupée par les services cellulaires offerts aux usagés de la route 155 et des services internet offerts aux résidants de sa municipalité.La route 155 est un lien routier très achalandé avec plus de 3000 véhicules par jour. Le service cellulaire est très limité sur une très grande portion de la route reliant Shawinigan à Chambord. Il est inconcevable qu’une route d’importance comme la 155 ne dispose pas aujourd’hui d’une couverture cellulaire appropriée. Compte tenu des distances et d’un certain isolement, l’absence de moyen de communication aux services d’urgences a été mainte fois critiquée, car elle limite énormément les temps d’intervention et met en danger les utilisateurs.Un joueur important des télécommunications a démontré de l’intérêt pour construire et implanter le réseau cellulaire sur l’ensemble de la route 155. Les utilisateurs de cette route auraient pu compter sur un bien meilleur service cellulaire ce qui aurait certainement permis à ce télécommunicateur d’avoir un avantage concurrentiel en terme de services de couverture cellulaire sur ses plus proches concurrents. Malheureusement, ce télécommunicateur a renoncé à son projet. Nous croyons que la nouvelle réglementation du CRTC sur les services d’itinérance de gros peut être la véritable responsable de l’abandon du projet. Ce règlement semble avoir mis un sérieux frein à la concurrence entre les télécommunicateurs en terme de services de couverture cellulaire et pourrait les avoir démotivés à construire et à étendre leurs propres réseaux. Avec ces nouveaux changements, la Ville de La Tuque se demande maintenant qui assumera les investissements nécessaires pour l’amélioration de la couverture cellulaire dans les régions moins densifiée en population comme la nôtre. Il est important pour nous que le CRTC et les gouvernements trouvent une solution viable et durable afin d’établir des conditions favorables pour le déploiement du réseau cellulaire et l’amélioration des services de cellulaires en zones rurales.Pour les services d’internet offert dans la municipalité, le service a été la cible de plusieurs critiques ces dernières années. Les consommateurs de la municipalité ont la ferme conviction que leur service internet est bien inférieur aux services des autres régions du Québec et que la vitesse de l’internet n’est pas à la hauteur du tarif exigée. Beaucoup d’utilisateurs dont des jeunes entrepreneurs pensent que la vitesse internet offerte dans la municipalité est une limite pour participer pleinement à l’économie numérique de la ville. Une capacité accrue permettrait de conserver ces jeunes talents au sein de notre collectivité. La ville de La Tuque est convaincu que l’internet est aujourd’hui un outil de développement économique important nécessitant une vitesse minimale bien supérieure à ce qui est offert actuellement dans notre municipalité.La fiabilité du réseau est également critiquée par la population de La Tuque. L’absence d’un lien de redondance permettant un maintien des communications en cas de panne est une source de problèmes importants. En 2011, 2 pannes majeures ont eu lieu à La Tuque. En l’espace d’un mois et ce, pendant plus de 16 heures d’interruption combinées, la région a été coupée presque entièrement du reste du monde. Les services de téléphonie résidentielle, internet et le réseau cellulaire ont tous été interrompus. Les commerçants avaient d’ailleurs exprimé son profond mécontentement des inconvénients causés par ces coupures répétées du réseau et des conséquences sur les affaires. Forcé d’admettre qu’encore aujourd’hui, la Ville de La Tuque ne dispose pas encore de lien de redondance et que la problématique n’est pas réglée. La ville est encore très vulnérable.La Ville de La Tuque fait face à de grands défis. Il y a une forte volonté de la ville et de ses élus afin d’améliorer les services cellulaires et des services internet de son territoire. Celle-ci manque toutefois de ressource et de moyen et elle doit pouvoir compte sur le gouvernement fédéral et le CRTC pour l’aider dans ses démarches.