Interventions Phase 2: Intervenor 571

Document Name: 2015-134.226949.2521337.Interventions Phase 2(1$1h501!).html

Les services de télécommunication au Canada sont trop dispendieux comparativement à divers pays en développement (Maroc, Sri Lanka, Thailande, Inde, etc.). Ces pays sont mieux desservis dans les régions éloignées que nous le sommes ici au Canada! Incompréhensible pour un pays qui se dit développé comme le Canada. Le manque de diversité et de compétiteurs sur ce marché s'explique mal. Lorsqu'on parlait de la possibilité que Verizon vienne s'établir au Canada, les prix ont immédiatement baissé et les grands du domaine (Bell, Rogers, Vidéotron, Telus, etc.) se sont mis à paniquer qu'il y ait plus de concurrence. On a l'impression qu'il existe un monopole des grands auquel le CRTC ne sait pas comment réagir pour protéger les utilisateurs et augmenter la concurrence. Comment se fait-il que les régions reculées du Maroc et du Sri Lanka puissent avoir accès à internet et que dans des régions si peu éloignées au Canada, on peine à avoir un service. Quels sont les coûts économiques d'un accès limités en région? Quel est l'impact sur création d'emplois en région quand on a pas un service à domicile qui permettrait un emploi autonome par manque d'un réseau adéquat?Dans un pays comme le nôtre, un accès inadéquat et à un coût raisonnable est inacceptable. Difficile de comprendre aussi que le CRTC ne protège pas mieux les consommateurs. Pourquoi le CRTC n'a pas encore demandé un élargissement de son mandat pour nous protéger nous consommateurs versus les compagnies? Connivence entre le politique et les grands pourvoyeurs de services? Ou des consommateurs désabusés de cette perception qui n'en voit pas la fin?Dans l'économie d'aujourd'hui, nous devrions bénéficier d'un meilleur service et accès (surtout en régions éloignées) à des coûts raisonnables. Création d'emplois, vigueur économique en région plus soutenue, meilleur partage d'information, voilà quelques avantages auxquels le CRTC devrait réfléchir afin d'accomoder un accès plus large à la population.